Déménagement

2015_05_14

Smeta et Mara reprennent le flambeau du blogmastering. Comme elle préfèrent travailler dans l’environnement WIX, elles vont déménager le data sur le nouveau blog de l’asso, dont voici le lien :   associationkalimer.wix.com

Publié dans communication | Laisser un commentaire

Bâton d’Euclide et Cinéma 2015

2015_05_03_01

BÂTON d’EUCLIDE (28 mars 2015)
et CINÉMA (29 et 30 mars 2015)

En groupant les deux évènements, nous avons voulu faire de la 7ème édition de la cérémonie du « Bâton d’Euclide » et de la 10ème édition « Les Grecs et leur cinéma » deux moments exceptionnels au sein de nos activités 2015. La qualité des deux manifestations et l’importance de l’assistance témoignent de la pleine réussite de notre ambition.

Avant de rappeler quelques temps forts de ces trois jours, il faut remercier très chaleureusement tous ceux et celles qui ont contribué à ce succès.

  • En tout premier lieu notre Président Théo Efstathiou et Dimitris Carpouzis notre professeur-secrétaire, qui ont fourni un travail considérable (nous allons y revenir) et permis que la Grèce, avec ses traditions mais aussi sa modernité, soit à l’honneur au cours de ces trois moments.
  • Il faut aussi remercier nos sponsors qui nous permettent par leur soutien financier de mener à bien ces ambitieux projets.
  • Mais le succès ne serait pas possible sans la fidélité et la participation de nos adhérents qui, de plus, diffusent l’information auprès de leurs relations et amis.
  • Enfin, un grand merci à toutes les « petites mains » qui assurent la préparation des moments de convivialité qui suivent traditionnellement nos activités.

Et maintenant quelques mots sur ces deux manifestations.

LA 7ème ÉDITION DU BÂTON D’EUCLIDE

Rappelons que cette cérémonie reprend une tradition grecque antique au cours de laquelle un érudit remettait un bâton, symbole de la transmission du savoir, à une autre personnalité.

2015_05_03_02

Pour cette nouvelle édition, le bâton, œuvre conçue par Françoise Galbrun, qui assure aussi le suivi de sa fabrication, a été transmis à Michel Le Bris, qui organise le festival Étonnants Voyageurs à Saint-Malo, par Angélique Ionatos, précédente récipiendaire.

Ainsi étaient associées deux personnalités éminentes et deux disciplines de la culture : Angélique Ionatos avec la musique et les poésies grecques, et Michel Le Bris « Étonnant Voyageur » lui- même, écrivain et infatigable promoteur d’une littérature ouverte à « tous les vents du monde » et qui fut un ami proche de Jacques Lacarrière, précédemment récompensé.

La conduite de la cérémonie a été assurée par Olivier Barraud. Le film, biographie imagée et musicale de Michel Le Bris, réalisé par Alain Dabadie, puis l’intervention du nouveau récipiendaire, souvent pleine d’humour, ont été des moments forts de cette édition. Tout comme le concert d’Angélique Ionatos clôturant l’après-midi et où ses chansons ont mis à l’honneur ses propres textes et des poèmes d’Odysseas Elytis mis en musique par ses soins.

Qu’ils soient tous quatre remerciés pour la qualité de leur prestation et la joie qu’ils nous ont donnée.

Michel Le Bris reçoit le bâton des mains d'Angelika.

Michel Le Bris reçoit le bâton des mains d’Angelika.

La 10ème ÉDITION « LES GRECS ET LEUR CINÉMA »

Rappelons que cette cérémonie reprend une tradition grecque antique au cours de laquelle un érudit remettait un bâton, symbole de la transmission du savoir, à une autre personnalité.

Comme depuis maintenant des années, le TNB nous a renouvelé sa confiance (merci aussi à son directeur) et a accueilli les deux films de cette dixième édition. Nous pouvons vraiment dire que celle-ci a été un plein succès puisque le premier film a rassemblé 253 spectateurs et le second 265.

Merci à Dimitris pour le choix de deux excellents films récents, précisément de 2013. Ces films traduisent, chacun à leur manière, comment deux jeunes artistes cinéastes continuent à exercer leur art et, comme le dit Dimitris, à « relever la tête ne serait-ce que de manière absurde et irrationnelle » face à la crise qui secoue la Grèce.

2015_05_03_04

Le premier film montre avec beaucoup de maîtrise et de distance (sans jeu de mots), le côté insupportable des situations faites aux Grecs. Comme à l’habitude, le premier soir, lors de la rencontre avec le réalisateur de RUNAWAY DAY, Dimitris Bavellas, les questions nombreuses permirent à chacun de bien comprendre l’intention artistique de l’auteur. Film de qualité, primé lors de plusieurs festivals mais non distribué en Grèce. Souhaitons-lui de trouver enfin un distributeur.

2015_05_03_05

Dans le second film à l’atmosphère noire, deux personnages, sous la contrainte d’un « maître » tout puissant, se débattent dans un monde devenu absurde à force de cruauté, où l’amour et les morts violentes se côtoient en permanence. La beauté des images, en contraste avec le caractère sombre des situations, contribue à maintenir le spectateur dans une ambiance tendue, sans cesse inquiétante.

2015_05_03_06

Et puis, pour revenir aux plaisirs simples, la soirée s’est poursuivie par les traditionnels « mezzés ». Ici aussi un grand merci à tous ceux qui ont apporté leur contribution à ce moment convivial.

Pour conclure si ces deux évènements culturels représentaient une sorte de saut dans l’inconnu (combien de spectateurs allaient-ils nous suivre ?) et un risque partagé avec tous ceux qui avaient l’habitude de nous faire confiance (encore une fois qu’ils soient chaleureusement remerciés), ils ont été à la hauteur de nos ambitions et un formidable encouragement à poursuivre…

Annick L’Antoëne

Et à l'année prochaine...

Et à l’année prochaine…

FIN

Publié dans bâton d'Euclide, cinéma grec, compte-rendu | Tagué , , | Laisser un commentaire

Striftari

Ingrédients pour douze parts :

striftari1

 
 
 
 
• 1 pâte « filo » ;

• 2 œufs ;

• 500gr de feta ;

• 1 yaourt grec ;

• 2 cuillères à soupe de crème fraîche ;

• Du poivre ;

• De l’huile d’olive.

 
Cuisson :

Faites une pâte homogène avec un œuf, la feta, le yaourt, la crème fraîche et le poivre. Goûtez, vous aurez peut être besoin d’ajouter du sucre ou de la crème fraîche si c’est trop salé, tout dépend de votre feta.

Badigeonnez de l’huile d’olive sur une couche de pâte et superposez une autre jusqu’à couvrir la moitié de la première comme sur la photo. Ajoutez votre mélange sur le large de la pâte et roulez.

Vous pouvez le faire dans l’autre sens pour obtenir une chaîne plus longue.

Créez une forme spirale…

striftari2

Battez un œuf et appliquez-le dessus pour donner une couleur dorée. Mettez au four pendant 20 minutes à 170 degrés.
 
 
 
 

Bon appétit !

FIN

Publié dans recette de cuisine | Tagué , | 1 commentaire

Les Grecs et leur cinéma sont toujours là !!!

2015_02_15_01

Nous avons le plaisir de vous annoncer la 10ème édition du festival Les Grecs et leur cinéma, qui aura lieu au ciné-TNB les 29 et 30 mars 2015. Deux films très récents en V.O. sous-titrés en français témoignent de la créativité innovante du cinéma grec, en dépit des difficultés que subit le peuple grec.

Comme vous le savez, la pérennisation de cette manifestation à laquelle nous sommes très attachés ne va pas de soi. Nous vous invitons à faire sa promotion auprès du plus grand nombre de personnes. Nous avons obtenu le maintien d’un prix spécial pour les bons de billets, pré-achetés auprès de l’A.G.B.K. par les adhérents de notre association et leurs amis. Nous attirons votre attention sur le fait que chaque bon ne coûtera que 5 euros dont 1 € sera reversé à l’Association pour couvrir une partie des dépenses de la manifestation. Vous comprendrez l’intérêt qu’il y a à acheter les bons avant le festival. Pour le pré-achat des bons, contactez Dimitris Carpouzis par courriel, impérativement avant le 22 mars, en précisant le nombre de bons que vous désirez pour chaque film.

Des flyers et des affiches seront à votre disposition à partir du 17 février. Ceux qui parmi vous ne participez pas aux activités de l’association et souhaitez vous procurer des affiches et des flyers, écrivez à Dimitris pour fixer un rendez-vous. Nous comptons sur vous pour renouveler le succès dont bénéficièrent les projections des années précédentes. Nous vous en remercions.

À l’affiche :

La raison et le rationnel n’offrent plus aucune perspective aux Grecs. Ces années de crise leur ont fait comprendre que le salut ne viendrait pas des plans économiques. Les deux films de la dixième édition des Grecs et leur cinéma témoignent de la réaction artistique postmoderne, qui permet de relever la tête ne serait-ce que de manière absurde et irrationnelle. Nés de la crise, ces films ne parlent pas de la crise, ils la dépassent.

2015_02_15_02a

Runaway day : 2013, 82mn, film en noir & blanc. Réalisateur : Dimitris Bavellas.

Maria, une femme de quarante ans, ne supporte plus l’ennui de sa vie familiale. Loucas, chômeur et surendetté, ne peut plus rester chez lui auprès de sa mère et de son frère. Un jour ils ouvrent la porte et quittent leurs domiciles. Ils errent dans la ville, complètement perdus, y rencontrant parfois leurs désirs, parfois leurs cauchemars…

Le premier long métrage de Dimitris Bavellas trouve ses sources dans des films cultes des années 60 et 70. Il évolue vers un b-movie du genre post-apocalyptique. Le noir et blanc, présentant, au début du film, les années radieuses d’Athènes vers 1950-1960, porte ensuite un regard impitoyable sur la ville d’aujourd’hui. La force du film lui permet de dépasser la seule allégorie sociale en atteignant des interrogations existentielles. Son surréalisme et sa satire mordante, s’ils ne rendent pas résolument optimiste, ont le mérite de mettre en perspective la combattivité des êtres humains, qui refusent de se plier aux revers de la vie. Après la projection, rencontre avec le réalisateur.
 

2015_02_15_02b

Les sentimentaux : 2013, 94mn, film en couleurs. Réalisateur : Nikos Triantafyllidis.

Ermis et Yannis font le sale boulot d’un usurier et receleur d’antiquités et d’œuvres d’art surnommé « Maître ». Ces deux tueurs professionnels, l’un bien conscient de son rôle, l’autre immature et inconstant, tombent amoureux malencontreusement. Ceci entraînera la colère de leur maître…

Un film néo-noir où romantisme et cynisme s’entremêlent pour explorer le psychisme humain. Maximes philosophiques, scènes d’un kitch décapant et dialogues naturalistes soulignent à la fois l’absurde et le sublime de la vie humaine. On finit par se poser la question de savoir si on est devant un thriller ayant comme fond deux histoires d’amour, ou si, au contraire, l’essentiel ne réside pas dans les histoires d’amour, qui viennent ébranler un univers plongé dans la cruauté. À noter les interprétations remarquables, notamment de Haris Fragoulis, primé lors des Nuits de Première à Athènes, et la musique du film, hétéroclite et déconcertante (primée par l’Académie Grecque du Cinéma), qui participe grandement à la création de l’ambiance recherchée, si elle ne joue pas un rôle à part entière. Après la projection, traditionnelle soirée « mezzés ».

FIN

Publié dans cinéma grec, communication | Tagué , | Laisser un commentaire

Pastítsio

Le Pastítsio, en grec « το παστίτσιο », est un plat grec. Son nom vient de l’italien « pasticcio », composé de pâtes et de viande ou de poisson.

Ce qui rend ce plat typiquement grec, c’est la présence de la cannelle dans la viande, sa présentation en couches, et la crème béchamel. Il n’est pas rare que l’on ajoute de la feta râpée en dernier. Il est servi comme plat pricipal, accompagné d’une salade.
 

Ingrédients pour douze parts :

pastitsio1

• 700gr de viande hachée (bœuf, porc, poulet, ce qui vous plaît…)
• 700gr de pâtes « penne » ;
• 2 mini-boîtes de sauce tomate ;
• 2 bouillons-cubes ;
• 1 boîte de lait concentré ;
• 1l de lait ;
• 6 cuillères à soupe de farine ;
• Huile d’olive ;
• Sel, poivre, cannelle ;
• Toute autre épice qui vous plaît.
 

Cuisson :

pastitsio2

Faites revenir la viande hachée dans une poêle et rajoutez les deux sauces de tomate ainsi qu’un peu d’eau de façon à couvrir la viande hachée. Ajoutez le poivre, la cannelle et le bouillon ainsi que vos épices de préférence. Dans une autre casserole, faites bouillir l’eau et faites cuire les pâtes. Ajoutez un bouillon. Pour éviter un Pastítsiosec, faites les bien cuire, sinon elles absorberont tout le jus de la viande hachée.
 

Pour la béchamel :

pastitsio3

Dans une autre casserole, mettez de l’huile d’olive (à peu près 4 cuillères à soupe) et ajoutez la farine en mélangeant. Ensuite versez le lait concentré et le lait. Salez selon votre goût tout en mélangeant. Votre béchamel sera prête quand des petites bulles apparaîtront.

 

Faites une couche de pâtes dans un pyrex. Ajoutez la viande hachée et à peu près 6 cuillères à soupe de béchamel. Faites une deuxième couche de pâtes et versez le reste de la béchamel par dessus. Vous pouvez ajouter de la feta râpée si vous le souhaitez. Mettez au four à 180 degrés pendant à peu près 40 minutes.

pastitsio4

Bon appétit !

FIN

Publié dans recette de cuisine | Tagué , | Laisser un commentaire

Le 17 octobre…

kallerna : campfire with sprks in Anttoora, Finland, may 2010. CC BY-SA 3.0

kallerna : campfire with sparks in Anttoora, Finland, may 2010. CC BY-SA 3.0

Chers tous,

Les évènements de l’année dernière, qui ont mis l’AHB en feu, me font penser à l’histoire qu’a vécue Vladimir Arseniev au début du XXe siècle.

Vladimir Arseniev, officier-topographe, était chargé par l’Armée impériale russe de faire le relevé de terres alors encore inexplorées dans la vallée de l’Oussouri, à la frontière chinoise. Au cours de cette expédition topographique, le jeune Arseniev rencontre Dersou Ouzala, un chasseur qui connaissait la taïga comme sa poche.

2015_01_31b

Cette rencontre insolite se passe autour d’un joli feu. Ce feu enchanteur, qui a permis cette rencontre possible et amicale, se met soudain à fumer et à faire du bruit rendant la discussion désagréable et impossible. Dersou, pour qui tous les éléments de la nature sont vivants, ‘comme des hommes’, avec une assurance naturelle, écarte du feu une branche en train de craqueter et fumer et l’enterre immédiatement tout en disant « Ah, tu peux jaser maintenant ! »
Dersou, pour qui chaque élément a sa place dans un milieu qu’il convient de respecter, expliquait à l’équipe scientifique d’Arseniev, que le feu c’est « comme les hommes » : lorsqu’ils sont en colère, ils crient fort et détruisent tout, « la taïga brûle plusieurs jours en laissant la désolation derrière. »

Nous restons tous rêveurs devant un feu de cheminée. Les crépitements du bois et les flammes dansantes nous procurent des sentiments sereins et intimes, des sentiments de bonheur pour tous ceux qui s’unissent autour. Mais, lorsque le feu s’échappe de son foyer et envahit toute la maison en la détruisant, l’injustice et la colère nous étouffent et nous anéantissent.

Cependant, lorsque nous sommes plusieurs à subir cette injustice, il est plus facile de se ressaisir et d’aller de l’avant… C’est ce qui a été accompli le 17 octobre dernier lors de la réunion inaugurale de l’association KALIMERA.

Nous avons reconstruit une nouvelle association, où chacun est respecté, écouté et où l’on se retrouve avec joie et sérénité.

 

Théo EFSTATHIOU

 

Publié dans édito | Tagué , , | Laisser un commentaire

4 décembre : l’AGB Kalimera reçue à la Maison de l’Europe

2015_01_27a

MARA ROMANOU : Notre nouvelle association AGBK a commencé à rencontrer des partenaires éventuels, utiles pour se faire connaître. Ainsi nous avons été accueilli-es très positivement par la Maison de l’Europe. Dans le cadre de « Partons à la découverte de l’Union Européenne », notre association a été l’invitée de la Maison de l’Europe aux côtés du Centre Socioculturel des Longs Prés pour un après-midi d’échanges avec des habitants du quartier.

La conférence sur la Grèce d’aujourd’hui a été suivie d’un échange entre nos membres et de nombreux adhérents du Centre Socioculturel. Nous avons pu répondre à des questions sur des sujets aussi variés que la vie quotidienne des Grecs, la culture, le tourisme, la gastronomie etc.

2015_01_27b

Des spécialités grecques préparées par les adhérents du Centre ont été servies à la fin de la manifestation. Ce moment de détente nous a permis de faire connaître notre association et prolonger encore les échanges avec les personnes présentes très intéressées par la culture grecque. Espérons qu’elles suivront nos activités publiques (cinéma, Bâton d’Euclide) et que certaines rejoindront notre association.

Pour l’AGB Kalimera, étaient présents : Popi Charrier, Dimitris Carpouzis, Mara Romanou.

FIN

Publié dans communication | Tagué , , | Laisser un commentaire